X

IRSC 2016

Nous vous rappelons que le 26e Congrès international de la sécurité ferroviaire, the International Railway Safety Council (IRSC) se tiendra du 2 au 7 octobre 2016 en France, à l'hôtel Pullman Bercy, Paris...
9 décembre 2015

Conférence sur la sécurité ferroviaire organisée par l'EPSF le 9 décembre 2015

L’intégration des facteurs humains dans les décisions et dans le processus de retour d’expérience est essentielle pour la gestion des risques et l’amélioration de la sécurité ferroviaire. C’est une démarche qui fait intervenir la connaissance des comportements individuels et collectifs.
 
Le concept de « culture juste », qui cherche précisément à connaître les comportements humains, commence à émerger dans le domaine des transports ferroviaires.
 
Autour de ces deux thèmes étroitement liés, facteurs humains et culture juste, la 3e conférence organisée par l’EPSF, et animée par le journaliste Stéphane Bergounioux, s’est attachée à offrir des méthodes, échanger des expériences et débattre des points de vue.
 
Des spécialistes de haut niveau sont venus apporter leur précieux éclairage :
 

► Christian Morel, sociologue et auteur des « Décisions absurdes », a exposé les principes fondamentaux de la fiabilité des décisions appelés plus précisément les « métarègles de la fiabilité ». En s’appuyant sur de nombreux exemples d’erreurs dues aux facteurs humains, il nous a fait part de son analyse qu’il a pu développer et des conseils qu’il a pu apporter tout au long de sa longue et riche expérience dans des entreprises d’activités à risque élevé.
 
► Daniel Soulez Larivière, avocat au Barreau de Paris, conseiller depuis 25 ans à la DGAC, auteur de nombreux ouvrages sur la justice, a partagé sa vision sur les principes fondamentaux de la non punition des erreurs (dépénalisation) tant que celles-ci ne sont pas dues à des négligences graves et à des violations délibérées. Etayée également de nombreux exemples, son intervention s’est appuyée sur l’idée centrale de la « just culture »  où le retour d’expérience et la transparence deviennent les clés de voûte de la compréhension des événements.
  
Des professionnels sont venus apporter leur expertise :
 

► Ludovic Moulin, responsable de l’unité « Facteurs humains et gouvernance » à l’INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques), a exposé les activités FOH (Facteurs organisationnels et humains) de cet organisme  dont la vocation est de prévenir et évaluer les risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes ainsi que sur l’environnement.
 
► Enfin, Éric Hermann, président du cabinet de conseil CFH (Conseil Facteurs Humains, Safety Data), spécialiste dans le « Traitement automatique des langues » (TAL), a présenté un environnement d’analyse de données conçu pour l’exploration et l’exploitation de données volumineuses d’informations textuelles (comptes rendus d’incidents, analyses de sécurité, rapports d’événements, etc.) dont le traitement est devenu un élément fondamental pour la fiabilisation des systèmes et l’amélioration de la sécurité.
 
Des exploitants ferroviaires et des intervenants de différents types de secteurs à risque sont venus également partager leur approche et leur expérience :
 
► Autour des facteurs humains, une première table ronde a rassemblé :
Luc Duveiller, directeur Sécurité, qualité et environnement - SNCB Logistics
Nicolas Ligner, directeur de la Traction - SNCF Mobilités
Christian Blatter, responsable du pôle Facteurs organisationnels et humains - SNCF Réseau
Franck Renault, directeur des Opérations – EUROSTAR
 
► Autour de la culture juste, une deuxième table ronde a rassemblé :
Jean-Christophe Niel, directeur général - ASN (Autorité de sûreté nucléaire)
Frédéric Castay, inspecteur général de la sécurité - SNCF
Patrick Auvrèle, directeur Sécurité Système – SNCF
Bruno Bouthors, directeur Sécurité et développement durable – EUROTUNNEL
  
Au total, c’est plus de 230 personnes représentatives du secteur ferroviaire qui sont venues écouter et échanger autour de ces sujets très porteurs au service d’une meilleure sécurité.

Sur la photo, de gauche à droite, Daniel Soulez Larivière et Christian Morel